Je ne veux plus être mère

Après vous avoir expliqué pourquoi je veux être la maman d’un seul enfant. Voici que, sans crier garde, j’écris noir sur blanc que je ne veux plus être mère. Vous devez sûrement vous demander comment je peux oser prononcer de tels mots. Pourtant aujourd’hui je suis fatigué par mon rôle de maman.

 

Avant que vous appeliez les services sociaux, ou que les foudres me tombent dessus il faut que je vous fasse une confession.

Lorsque j’ai eu l’idée de cet article, le titre que j’avais en tête était « Parfois je n’ai plus envie d’être maman« . Puis je me suis dis qu’avec un sujet aussi sensible que la fatigue maternelle il fallait que j’interpelle, quitte à choquer. Car le fond de cet article n’est pas que je veuille me débarrasser de mon fils, mais bien qu’être maman ce n’est pas rose tous les jours.

Je ne veux plus être mère - Envies et Blabla

J’aime mon fils mais je ne veux plus être mère

N’ayez aucun doute sur l’amour que je porte à mon fils. Il est ma priorité N°1, et c’est peut-être là qu’est le problème. Lorsque l’on devient parent, la majorité de nos décisions sont prises en fonction de nos enfants. La prochaine destination de vacances, la prochaine sortie avec les copains, dont on voit d’ailleurs le nombre se réduire considérablement quand on a un enfant. Car oui, même notre vie sociale est régi par nos enfants. Les parents ont principalement des amis qui sont eux aussi parents.

Sauf que parfois j’ai envie de mettre ma vie de maman sur pause, et faire des choses pour moi. Uniquement pour ma petite personne, en égoïste qui se respecte. Pourtant, si je m’autorise ne serait-ce qu’une soirée sans enfant je culpabilise. D’abord parce que c’est souvent l’homme qui se retrouve à garder Loulou. Mais aussi parce que je suis là à profiter des joies de la vie sans enfant, sans MON fils.

Je ne vous raconte même pas le niveau d’ambivalence qui se joue en moi sachant que je vais partir deux jours SEULE à Paris. D’autant que l’an passé je m’étais rendu au spot des e-fluents avec Loulou. Ce fût une sacrée aventure, notamment dans les différents transports de la capitale que nous avons pris pour la première fois. Mais j’attends ce moment de répit avec impatience. Je vais pouvoir souffler, faire de nouvelles rencontres, rigoler avec les copines blogueuses, ne penser qu’à moi.

Etre fatigué et culpabiliser de l’être : le cercle vicieux de l’épuisement maternel

Cette ambivalence je la vis au quotidien, et de plus en plus souvent. Je n’ai jamais caché que Loulou a un caractère de feu. Mais je ne peux lui en vouloir car il me ressemble tellement. On est si identique qu’il nous est parfois difficile de communiquer calmement. Loulou est au moins aussi impulsif que moi, et me fait de la concurrence quand il s’agit de monter dans les tours. Alors je vous laisse imaginer ce qui se passe quand l’un fait des étincelles. L’autre n’en a jamais pour long à les transformer en flammes.

Je ne serais pas surprise si quelqu’un venait à me dire que je suis la maman, c’est à moi de calmer le jeu. J’en ai parfaitement conscience. Sauf qu’il arrive que la fatigue s’en mêle, et la situation peut vite devenir excessive. C’est à ce moment que je culpabilise le plus. Je me sens coupable de ne pas réussir à me contrôler et à lui montrer le bon exemple. Mais cette maudit culpabilité ne fait que m’enfoncer encore un peu plus.

Je ne veux plus être mère - Envies et Blabla

Etre une super maman n’est pas humain

Une maman doit être opérationnelle 24h/24 et 7j/7, même lorsque les microbes s’installent dans son corps. Une maman n’a pas de vacances, autrement dit elle n’a pas de période marquante consacrée au repos. Lors des dernières vacances scolaires je me suis organisé pour ne pas travailler. Une semaine plus tard j’étais encore plus épuisé qu’après une semaine « classique ». Bien souvent une maman doit gérer vie de famille et carrière professionnelle, sans pour autant négliger son couple. Que celles qui arrivent à tout gérer viennent me donner leurs bons conseils.

L’épuisement maternel n’est pas un mythe. Il y a des jours où j’aimerais pouvoir me libérer des contraintes de la vie de maman. De plus en plus souvent je m’emporte juste parce que Loulou fait trop de bruit, parle trop, et trop vivant. Tout comme je peux devenir hystérique s’il me tient tête, si je dois lui répéter encore et encore de ne pas toucher à ci ou de ne pas faire ça.  Ce qui arrive très régulièrement depuis plusieurs semaines. Alors même qu’il se voit déjà en CP, et qu’il obtient les compliments de la maîtresse, il est en perpétuel provocation avec moi, et seulement avec moi. Certaines journées sont tellement éreintantes moralement que j’ai juste envie de fuir, de laisser derrière moi cet enfant que j’aime tant … je ne veux plus être mère juste un petit moment.

Je n’aurais peut-être pas osé poster cet article si je n’avais pas lu un post sur les réseaux sociaux, d’une maman qui est fatiguée de l’être. J’aurais sûrement continué à m’enfoncer si je n’avais pas vu une copine pleurer de fatigue face à ses enfants. Une fois encore le blog me permet de mettre des mots sur mes maux … et peut-être sur les vôtres.

Je ne veux plus être mère - Envies et Blabla

YOU MIGHT ALSO LIKE

  • vero
    17 novembre 2017

    Comme je te comprend. Il arrive un moment dans la vie où on a envie de tout lâcher. Trop c’est trop. Il faut prendre du temps pour soi. Je sais que ce n’est pas facile car on foit être sur tous les fronts et en plus avec un blog + réseaux sociaux à gérer ça devient de plus en plus difficile, le burn out arrive.
    Je compatis, pas facile d’être mère !

    • Elodie
      18 novembre 2017

      Le blog c’est vraiment mon échappatoire, mais il difficile de se dire que c’est normal qu’on ne puisse pas être à 100% consacré à son enfant sans culpabiliser.

  • Crétinette
    27 janvier 2018

    Dans la vie, il y a des hauts et des bas, des passades, des bons moments, des mauvais, … Tantôt ou soit on est trop dans ce côté femme, tantôt ou soit on est trop dans ce côté maman, et il est d’une extrême difficulté à allier les deux … Il est certain que quand on est maman, et surtout les dix premières années, on ne vit que pour nos enfants, et on s’oublie …
    Il n’y a pas de honte à craquer, à vouloir tout lâcher, à vouloir juste souffler un peu …

    Garde toujours confiance en toi, qu’importe les passades que tu vis ma crétinette.
    J’ai hâte si tu savais d’avoir ma vie posée, pour pouvoir prendre le petit prince(/monstre) quelques jours et que tu puisse toi de ton côté profiter aussi.

    • Elodie
      27 janvier 2018

      Haha monstre est le bon terme, mais c’est un gentil monstre tellement épatant 😉 Je commence à trouver un équilibre et ça fait du bien.
      J’ai hâte pour toi aussi que les choses se posent, tu en as bien besoin et tu le mérites <3

  • Faut-il une grosse communauté pour être légitime ? - Envies et Blabla
    7 mars 2019

    […] personnel qui fait partie des plus performants malgré le temps qui passe. Dans l’article Je ne veux plus être mère, je partage mon expérience sur la difficulté d’être maman, et du droit de parfois vouloir […]

Leaver your comment