Démocratie participative, les enfants donnent leur avis

Les enfants tiennent un rôle de plus en plus important dans la sphère familiale, et leurs avis sont davantage pris en compte. Une démocratie participative s’instaure au sein des familles. Mais les enfants peuvent-ils donner leur avis pour toutes les décisions à prendre ?

Les années passant j’ai laissé de plus en plus de place au choix de Loulou. Notamment lorsqu’il s’agit de décision qui le concerne de près, comme le choix de son cartable. Ce fût d’ailleurs l’élément déclencheur de cet article.

L’été dernier nous étions à la recherche de son tout premier cartable pour son entrée en CP. Après avoir fait le choix d’investir dans un cartable résistant qui coûterait un peu plus cher mais tiendrait plusieurs années, j’ai demandé conseil sur Facebook pour le choix de la marque. Au fil de la discussion autour de ce sujet, un commentaire m’a interpellé. La personne qui l’a rédigé affirmé qu’un enfant n’a pas son mot à dire, que c’était au parent de prendre la décision.

Alors que je prends le temps de consulter Loulou sur bien des sujets, comme le choix du repas, je me suis demandé ce que cela impliquait pour les enfants. Ont-ils tous le droit à la parole dans leur famille ? Dans quelle mesure est-il bon de prendre en compte leur avis ?

Une démocratie participative bien dosée pour ne pas avoir des enfants rois

Tout semble se jouer dans le dosage. Autrement dit il faut demander et prendre en compte l’avis d’un enfant, mais pas pour tout. De plus, prendre en compte l’avis d’un enfant ne va pas dire le valider à chaque fois. Un échange doit pouvoir se créer entre parents et enfants.

Demander son avis à un enfant a pour effet premier de le considérer comme un individu à part entière. Ce qui est une bonne chose pour son développement, et la création de son identité. Un enfant qui peut donner son avis, et un enfant qui se sent écouté, un enfant qui prend confiance en lui. Cependant il doit garder son rôle d’enfant. Prendre en compte son avis pour le choix de ses vêtements, de ses chaussures, de la décoration de sa chambre, du thème de son prochain anniversaire, OUI ! Mais il ne doit pas intervenir dans des décisions plus importantes comme le contenu du chariot de courses, ou même la prochaine destination de vacances.

Un enfant a besoin d’un cadre, de limites. Lui imposer certaines décisions l’oblige à rester dans ce cadre qui est favorable à son développement. Ne pas lui demander son avis à chaque fois, et ainsi ne pas répondre à toutes ses envies, tous ses désirs, lui apporte la frustration nécessaire pour apprendre à faire la différence entre ce dont il a absolument besoin et ce qu’il souhaiterait avoir juste pour le plaisir.

Il est également possible d’écouter l’avis d’un enfant, sans pour autant le valider. Ainsi un débat s’instaure entre parents et enfants, où chacun peut apporter les arguments en sa faveur. C’est en cela que l’on peut parler de démocratie participative.

Prendre en compte son avis, sans dire oui à chaque fois

Plutôt que d’imposer son autorité avec un non catégorique, le parent peut expliquer à l’enfant pourquoi il refuse de lui acheter tel jouet ou tel vêtement. Lorsqu’on lui explique les choses calmement, l’enfant est plus en mesure de comprendre. Alors que si on lui impose des choses de manière plus brutale, cela est davantage vécu comme une agression. Dans le cas où un conflit naîtrait de ce débat, parce qu’il refuse d’accepter la décision prise par le parent. Il faut savoir rester ferme, et ne pas lâcher prise.

Depuis à peu près deux Noël, nous avons pris la décision de ne plus acheter de jeux et jouets à Loulou en dehors de Noël et de son anniversaire. A chacune de ces fêtes il est déjà très gâté par la famille, et reçoit des enveloppes bien remplies. Alors s’il souhaite s’offrir quelque chose, il le fait désormais avec son argent. C’est une façon de lui montrer que si on ne fait pas attention, les finances s’épuisent rapidement et ne se renouvellement pas comme par enchantement. C’est aussi une manière de l’autonomiser encore un peu plus. Cependant il n’est pas question qu’il achète tout et n’importe quoi.

Il arrive qu’il n’accepte pas mon refus quand il souhaite s’offrir un jouet avec lequel il jouera deux fois puis le laissera dans un coin. Malgré l’autonomie que nous lui accordons, il est de notre devoir de parent de le guider à faire les meilleurs choix. Bien souvent il finit par comprendre et se ranger de notre côté. Cependant, parfois il lui arrive de refuser le compromis, l’alternative qu’on lui propose et de nous tenir tête. C’est dans ces moments qu’il faut savoir faire preuve de fermeté. En ce qui me concerne, je finis par clore le débat en lui refusant qu’il s’offre quoi que ce soit avec son argent.

La démocratie participative est une balance où il faut aller à tâtons pour trouver l’équilibre. Mais il est important de laisser de la place à la parole des enfants. Prenez-vous en compte l’avis de vos enfants au quotidien ?

Démocratie participative, qu'en est-il de l'avis des enfants ? - Envies et Blabla

YOU MIGHT ALSO LIKE

Leaver your comment