« Je suis un gros nul » : Enfant et Confiance en soi

La confiance en soi n’est pas un trait de caractère inné. C’est plutôt un état d’esprit qui s’acquière avec le temps, et dès le plus jeune âge. Il s’agit également d’une notion fragile qui peut vaciller à tout moment, notamment quand on est un enfant. Alors comment accompagner son enfant à avoir confiance en lui ?

Depuis qu’il est petit, je fais mon possible pour stimuler Loulou afin qu’il ai confiance en lui. A chacune de ses réussites je le félicite. Régulièrement je lui dis que je suis fier de lui. Il m’arrive de faire des petites boulettes, d’avoir un mot de trop, mais de manière générale je l’encourage à croire en lui. Alors quand un jour il m’a dit « Je suis un gros nul », je me suis prise une décharge en plein cœur. Je l’ai repris immédiatement pour lui faire comprendre qu’il est ni nul, ni bête ou je ne sais quoi encore. Mais que c’est normal de ne pas réussir tout ce que l’on entreprend, et que la fois suivante sera sûrement la bonne.

Il n’est pas facile d’armer nos enfants à faire face aux difficultés de la vie. Notamment celles qui nous semblent anodines quand on est adulte. Il est encore plus dur de les laisser grandir sans que la peur qui leur arrive quelque chose prenne le dessus. Pourtant il est indispensable de se faire confiance, de leur faire confiance, pour qu’ils apprennent la confiance en soi.

"Je suis un gros nul" : Enfant et Confiance en soi - Envies et Blabla

La confiance en soi accessible à tous les enfants ?

Les enfants ne sont pas tous égaux dans la quête de la confiance en soi. Il y a ceux qui n’ont pas peur d’essayer, de faire des erreurs et apprennent de ces dernières. Le fait qu’ils osent prendre des risques, tenter de nouvelles expériences les aident à développer leur confiance. En revanche, les enfants qui sont plus observateurs et qui bien souvent ont peur de l’échec, osent beaucoup moins.  Ce qui freine inévitablement leur confiance en soi.

L’attitude des parents joue également un rôle prépondérant sur la confiance en soi des enfants. En effet, si on fait les choses à leur place par peur qu’ils n’y arrivent pas. Ils ne pourront pas essayer, réussir, en être fier et développer leur confiance. De même, le message véhiculait par le parent à un fort impact sur l’enfant. Par exemple, lorsque l’on dit « fais attention, tu vas tomber ». L’enfant entend qu’on ne lui fait pas confiance, que son action est vouée à l’échec et perd confiance en lui. D’ailleurs bien souvent l’enfant tombe, et on en rajoute une couche en disant « je te l’avais dit ».

Alors qu’en encourageant l’enfant, on lui permet d’explorer librement son environnement. Il vaut mieux sécuriser ce dernier pour que l’enfant ne prenne pas de risque, que de l’empêcher de faire certaines choses ou de les faire à sa place. D’autant qu’un enfant qui acquière de la confiance en soi est plus autonome, et prend davantage d’initiatives. Ce qui ne peut que lui être favorable en grandissant.

Comment aider son enfant à prendre confiance ?

On vient de voir qu’il faut encourager son enfant dans tout ce qu’il entreprend. Il est aussi important de lui dire qu’on est fier de ce qu’il a accompli. Même en cas d’échec, il vaut mieux voir le verre à moitié plein en s’attardant sur les points positifs comme le fait qu’il a essayé. Mais cela ne suffit pas. Il est tout aussi primordial que l’enfant prenne conscience de ses réussites et en soit satisfait. Il ne doit pas être satisfait que ses parents le soient. Il doit être fier de ce qu’il a accompli. Le rôle du parent est alors de lui demander si c’est le cas. Ainsi il apprend à se valoriser, ce qui enracine la confiance en soi.

En parallèle, il est indispensable de mettre des mots sur les actes ou les comportements qui peuvent s’avérer négatif, et non pas de dévaloriser l’enfant. Car il n’en faudrait pas plus pour ruiner toute une confiance. Il vaut mieux lui expliquer qu’à ce moment précis il n’a pas eu la réaction adéquate, que son geste était déplacé. Tout en lui offrant la possibilité de réparer ses erreurs. Après tout c’est en faisant des erreurs que l’on apprend, et que l’on s’améliore.

S’intéresser et prendre en compte ce qu’un enfant aime et ressent c’est aussi avancer avec lui vers la confiance en soi. Ecouter son point de vue et ses émotions, mais aussi l’accompagner dans ses choix va lui permettre de les affirmer. Ainsi il saura se démarquer des autres, et devenir un individu à part entière, unique et confiant.

"Je suis un gros nul" : Enfant et Confiance en soi - Envies et Blabla

Quand les parents n’ont pas confiance

Je soulignais que les enfants ne partent pas tous avec les mêmes armes dans leur acquisition de la confiance en soi. D’autant plus quand ils ont des parents qui eux-mêmes non pas confiance en eux. Il est pourtant possible de ne pas avoir confiance en soi, mais d’aider son enfant à oser sans crainte. Je pense même que c’est atout, car on sait la douleur que cela peut provoquer de ne pas avoir confiance en soi. En tant que parent on veut le meilleur pour nos enfants, et surtout qu’ils soient plus forts que nous.

L’enfant se développe en premier lieu par l’imitation. Il reproduit les comportements observés chez ses parents. Donc si un parent n’ose pas par crainte de l’échec, stresse, se déçoit de ne pas avoir essayé, etc. Il transmet toutes ses tensions négatives à l’enfant, qui aura peur, n’osera pas de nouvelles expériences, et ne prendra pas confiance. Un véritable cercle vicieux s’installe.

Alors qu’un parent qui a conscience de son manque de confiance peut mettre des mots sur ses maux. Ainsi il ose montrer à son enfant ses faiblesses. Celui-ci sentira qu’on lui fait confiance. Il se sentira valoriser. Alors ensemble il est possible de surmonter les difficultés et d’avancer vers la confiance en soi. Etre parent c’est avant tout travailler en équipe avec son enfant.

Vos enfants ont-ils confiance en eux ? Comment les avez-vous accompagné ?

 

"Je suis un gros nul" : Enfant et Confiance en soi - Envies et Blabla

2 Comments :

  1. Tu soulignes des points que j’estime fondamentaux, après je crois pour ma part qu’il faut aussi habituer les enfants à l’échec, à l’idée qu’on a aussi le droit de se tromper, que ce n’est pas grave et qu’on peut s’améliorer ou se relever. Laisser toujours voir uniquement le bien peut biaiser cet aspect là, et pour moi la confiance en soi réside dans un équilibre et non dans le fait de se croire toujours parfait.

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi, il ne faut pas leur faire croire que tout est facile et parfait. D’ailleurs j’ai écrit « c’est normal de ne pas réussir tout ce que l’on entreprend ». Mais comme je l’ai dit un peu après « même en cas d’échec, il vaut mieux voir le verre à moitié plein ». Les échecs font parti du jeu, mais il ne faut pas s’attarder sur l’échec en lui même. Il vaut mieux comprendre ce qui n’a pas fonctionné, et se focaliser sur le fait qu’on peut s’améliorer et rebondir.


Laisser un commentaire :

* Your email address will not be published.

A propos

loulou bisou maman enviesetblabla

Plutôt blog famille ou blog lifestyle ? Qu'importe la catégorie puisque je suis à la fois femme et maman, d'un Loulou de 5 ans. Parfois plus l'une que l'autre, mais jamais maman sans être femme ou femme sans son coeur de maman.

Avant tout exutoire, cet espace est aussi lieu de partage. J'allie mon amour pour l'écriture et mon envie de m'ouvrir au monde. C'est avec passion que chacun des articles publiés sont réalisés, pour que tous ressentent une part de celle que je suis à travers mes écrits. Mais aussi pour inviter les passants à rester un peu, et à intégrer la discussion.

Petite fille je rêvais d'avoir ma librairie pour dévorer tous les livres du monde, et pourquoi pas en écrire un à mon tour. Aujourd'hui j'écris pour les autres grâce à la rédaction web, dont j'ai fait mon métier depuis plusieurs mois. De quoi allier toutes mes passions pour être une femme et une maman accomplie.

J'adore recevoir des cartes postales:

enviesetblabla@gmail.com

* Your email address will not be published.

error: Ce contenu est protégé !